Championnat d’Afrique centrale d’athlétisme: Pluie de médailles pour le Cameroun

 

championnat,dafrique,centrale,dathletisme,pluie,medailles,pour,cameroun,cameroon,Championnat d’Afrique centrale d’athlétisme: Pluie de médailles pour le Cameroun :: CAMEROONCe pays a remporté, hier, la compétition qui s’est achevée au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Les athlètes camerounais ont été meilleurs que tous ceux qui ont pris part jusqu’à hier au neuvième championnat d’Afrique centrale d’athlétisme. Sur les cinq pays (Guinée équatoriale, Centrafrique, Tchad, Congo et le Cameroun) qui ont pris part à la compétition, ce sont les compétiteurs encadrés par l’entraîneur
Athanase Oloko et Michel Nkolo, le dirceteur technique national de la Fédération camerounaise d’athlétisme qui ont, le plus remporté des médailles d’or.

Au total, le Cameroun s’en est tiré avec 26 médailles d’or, contre quatre pour le Congo (deuxième) et aucune pour le Tchad, qui s’est classé troisième. « Je suis heureux de cette victoire, parce que c’est la preuve que je suis sur le droit chemin, pour ce qui est de l’athlétisme dans mon pays. Je vais continuer à travailler, car, d’autre échéances nous attendent », a dit le Camerounais Adam Idrissa, l’un des meilleurs athlètes du tournoi.

Eleme Asse, l’une des meilleures chez les dames, a, elle, fait savoir que « les victoires qui s’obtiennent après de gros efforts sont les meilleures ». Les athlètes camerounais ont intérêt à continuer à travailler, parce que, comme, l’a dit Adoum Garoua, le ministre des Sports, la compétition qui s’est achevée hier à Yaoundé est un moyen pour les athlètes de tous les pays  participants de préparer les Jeux africains, qui auront lieu le mois prochain au Congo.

On a couru dans le noir

L’organisation, aura été l’un des principaux points faibles de ce tournoi, dans la mesure où, en plus du mauvais état du tartan, de la mauvaise sensibilisation dont se sont plaints plusieurs athlètes, la logistique n’a pas été prise en compte, malgré la présence de quelques sponsors. Sur ce plan, on a atteint le pic quand on a fait courir le 1.500 m dans le noir samedi soir. D’après des organisateurs, cette course dans l’obscurité était due à une coupure d’électricité dans le stade, même des responsables de la direction du stade faisaient savoir que les pilonnes cet édifice construit en 1971 ne fonctionnent pas. Dur, dur, pour un pays qui s’apprête à organiser les Can de football 2016 et 2019.

Podium
Rang Pays Or Argent Bronze Total
1er Cameroun 26 19 19 64
2ème Congo 4 8 9 21
3ème Tchad 0 2 3 5

“Je ne suis pas partie”
Françoise Mbango Etone. L’athlète française d’origine camerounaise était hier au stade Ahmadou Ahidjo.

Qu’êtes-vous venue faire au stade Ahmadou Ahidjo ?

C’est une façon pour moi d’encourager les jeunes qui pratiquent l’athlétisme aujourd’hui. Nous souhaitons qu’ils suivent nos pas. Aujourd’hui, je suis en train de passer de l’autre côté du stade, mais, je reste toujours prêt des athlètes. D’abord des athlètes camerounais, ensuite des athlètes africains, mais surtout des athlètes qui veulent prospérer dans l’athlétisme. Pour moi, c’est un honneur d’être là, c’est une bonne chose pour moi, parce qu’en étant là, je les encourage à ma manière.

A quoi cela correspond-il concrètement ?

Il est question pour moi de revenir et de leur montrer que je ne suis pas partie, que je reviens pour prendre contact avec eux, que reviens m’immerger dans les problèmes que connaissent les athlètes ici, afin de leur apporter mon coup de main à ma façon. D’ailleurs, dans les prochains jours, je parlerai de mes projets, car, je crois que beaucoup de Camerounais sont surpris de me voir là, parce que, pour eux, ce n’était plus chose facile de voir Françoise Mbango remettre des médailles sur un podium à Yaoundé, avec l’hymne du Cameroun qui chante.

Qu’est-ce que ça vous a fait de réécouter cet hymne ?

J’ai la gorge qui tremble. C’est beaucoup de joie pour moi et beaucoup d’honneur pour la Camerounaise qui a gagné le triple-saut (Sandrine Mbumi, Ndlr). C’est un exploit pour le Cameroun.

Pensez-vous qu’il y a lieu d’espérer, quand vous regardez les athlètes camerounais courir ?

Il y a un très fort potentiel au Cameroun. Plusieurs athlètes peuvent faire beaucoup de bonnes choses au Cameroun, peut-être mieux que nous. Maintenant, il est du devoir des anciens que nous sommes, il est de mon devoir d’apporter tout notre possible pour que les jeunes Camerounais trouvent leur compte. J’ai le secret, mais, il ne faut pas qu’il demeure secret.

Comment ça se passe en  France, votre pays d’adoption?

Nous ne sommes pas là pour ça, j’ai déjà répondu à vos questions.

Propos recueillis par Ateba Biwolé